DIPLOMATIE LA UNE

Coopération ACP UE: Vers un nouvel accord plus moderne et moins charitable

Spread the love

Dans la fièvre des négociations qui ont été ouvertes il y a quelques jours à New-York, sur l’avenir de l’Accord de Cotonou, le Chef de la diplomatie togolaise négociateur en Chef des pays Acp a, dans une tribune, annoncé l’esprit dans lequel  les Acp négocieront  les prochains accord avec leur partenaire de l’UE.

Pour Robert Dussey le nouveau paradigme, cadre dans lequel devrait s’inscrire le nouveau deal avec l’EU, devraient s’établir sur la base d’un partenariat décomplexé, bâti sur un rapport de stricte égalité.

Fidèle au courage et l’audace avec lesquels il requinque depuis cinq ans la diplomatie togolaise, l’auteur de l’ouvrage « l’Afrique malade de ses hommes politiques » soutient qu’« il faut -aux pays Acp ndlr-plus d’ambition et d’imagination pour comprendre les enjeux nouveaux de notre coopération que nous souhaitons et voulons plus féconde, équitable et responsable ».

C’est pourquoi le diplomate togolais trouve important pour que les couacs de l’accord de Cotonou, signé à l’orée de ce millénaire, soient corrigés (2000). Au meme moment, il rassure que « les ACP espèrent moins la charité que la justice et l’équité dans les termes du futur accord de partenariat »,

Dans le même chapitre Robert Dussey a élagué l’autre cliché qui affaiblit l’Afrique et porte quelque peu ses mailles sur les négociations Nord-Sud : la question migratoire. Sur la question le diplomate togolais, Chef des negiocations a déclaré clairement que « la question migratoire sera sans doute un point essentiel du pilier UE-Afrique de l’accord, mais elle ne doit pas éluder la pertinence des débats, impacter dans le sens négatif les termes de notre futur accord de coopération.»

Il est à souligner que les accords de Cotonou connaitront leur epilogue en 2020 et c’est lors de la 107e session du Conseil des ministres des Afrique Caraïbe et Pacifique et la 43e Session du Conseil des ministres Afrique Caraïbe Pacifique-Union européenne tenue en Mai dernier à Lomé que la diplomatie togolaise a été choisie pour piloter les négociations devant préparer le futur après Cotonou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *