LA UNE REPORTAGE

Secteur de l’Energie : Échanges avec les clients institutionnels Ceet sur les ambitions de l’État.

Spread the love

La Compagnie Énergie et Électrique du Togo (Ceet) avec à ses côtés le Directeur Général de l’Energie s’est entretenu, ce vendredi 5 avril, à Lomé, avec sa clientèle sur sa nouvelle politique énergétique, ses offres mais aussi sur la gestion des redevances et de l’éclairage public. C’est au cours d’une rencontre d’échanges à laquelle ont participé plusieurs clients de la Moyenne Tension (Mt).

L’occasion a permis à la Compagnie énergie et électrique du Togo (Ceet) d’informer sa clientèle Moyenne Tension (Mt) de ses initiatives s’inscrivant dans la droite ligne de la stratégie nationale énergétique dont l’objectif est de contribuer sensiblement à l’amélioration du climat des affaires dans le pays. Et ce, pour un développement durable et inclusif pour lequel s’est résolument engagé le gouvernement.

Ainsi donc, à en croire Mawussi Kakatsi, le Directeur général de la Ceet, la vision de sa Compagnie est de porter le taux d’accès à l’énergie électrique qui était à 30% en 2015 et à 45% aujourd’hui, grâce aux efforts consentis, à 50% à l’horizon 2020. Ceci, conforment au Plan national de l’électrification du Togo en cours d’exécution. «Le défi qui nous attend est grand. Mais il n’est pas impossible. Grâce à l’implication de tous, nous sommes convaincus que nous y arriveront », a-t-il rassuré.

Par la même occasion, l’assistance a été entretenue, par Abbas Aboulaye, le Directeur général de l’Energie, des difficultés, surtout financières, que rencontre l’Etat dans la gestion de l’éclairage public. Confrontant à de dures épreuves, la maintenance et l’extension. D’où, explique celui qui préside également le Comité de Gestion des Redevances pour l’éclairage public (Cgrep), la décision d’augmenter la redevance de 1 franc à 5 pour les clients Basse tension (BT) et 6f aux Moyennes tensions (MT). Ceci, afin de permettre audit comité, crée en 2010, de mieux juguler le déficit de 10 milliards accumulés depuis 2011.

«Nous avons entendu beaucoup de choses dans les médias ces derniers temps. Nous tenons à vous rassurer, par-delà les médias et organisations des consommateurs qu’il s’agit d’une augmentation sur la redevance et non une augmentation sur le kilowattheure. On peut l’appeler aussi, si on veut, une augmentation de taxe», a précisé, dans sa communication, le Directeur national de l’Energie, par ailleurs Président du CGREP.

La seconde communication, portée sur l’entretien et la modernisation du réseau électrique, animé par M. Toviawu, Directeur de Distribution et des Énergies, a laissé place aux échanges. Occasion pour les participants de dévoiler leurs préoccupations et suggestions en vue d’une collaboration.

Préoccupations et suggestions

Dans l’ensemble, les préoccupations des représentants de la clientèle institutionnelle sont de diverses ordres. En ce qui concerne la question des toiles d’araignées, le DG Kakatsi a expliqué que la CEET n’est pas en mesure de venir à bout du phénomène. Comme palliatif, ils ne sauront que réguler le phénomène sur le terrain afin d’éviter des accidents d’électrocution, très souvent fréquent et déplorable.

Sur la question du prépayé (Cash Power), les organisateurs ont fait comprendre qu’il se veut, aujourd’hui, l’outil idéal devant favoriser un fort accès à l’énergie électrique, surtout en milieu rural, et complète les compteurs classics qui demeurent la propriété de la CEET. Toutefois, ils ont convenu qu’il était important d’accentuer la sensibilisation sur les différentes facturations qu’il comporte, mais le plus souvent ignorées des consommateurs.

L’autre préoccupation soulevée par les participants est celle de veiller à la régulation de l’horaire de l’éclairage public. Ceci, préconisent- ils, afin d’éviter le gaspillage d’énergie électrique dont le coup de l’entretien et de la redevance revient aux consommateurs.

Il a été aussi évoqué, au cours des échanges, le problème de baisse de tensions que rencontrent certains clients sur certaines lignes. Assurance a été donnée que la CEET, au travers de sa cellule compétente, veillera à normaliser la situation.

Ensuite, il a été proposé l’extension de la rencontre aux clients de Basse Tension, concernés également par l’entretien de l’éclairage public.

Enfin, le DG a vivement interpellé les populations et médias à s’approprier le numéro vert 8228 afin de les alerter instantanément lorsqu’un poteau électrique tombe ou lorsqu’il les fils coupés dans les quartiers.

FRATERNITE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *