LA UNE POLITIQUE RELIGION

Situation sociopolitique: Le silence bruissant du Révérend Djakouti et des AD

Spread the love

Depuis le début de la crise sociopolitique qui secoue le Togo, il y a quinze mois déjà, plusieurs sont les voix qui s’élèvent. Lesquelles voix appelant au report, parce que jugeant le processus non consensuel, et le moment non propice. Parmi ces voix, figurent celles des églises catholique, protestante et méthodiste. Mais à l’antipode de celles-ci, résonne le silence brouillant de l’église des Assemblées de Dieu du Révérend Mitré Djakouti.

 La place de l’église dans la société

L’église, au-delà de sa mission de sauver des âmes pour l’éternel Dieu, joue également un rôle prépondérant dans la société. Du haut de son statut d’institution morale, elle est animée par d’hommes et de femmes investis d’une mission salvatrice. Celle de prôner la paix, à travers l’amour de sa patrie, le don de soi et l’amour de son prochain.

De par sa dimension spirituelle, l’église a également pour rôle de conscientiser et d’alerter, dans la perspective de la préservation de la paix et du vivre ensemble dans la société. 

Le bon exemple

C’est justement dans cette dynamique que la Conférence des Évêques du Togo (Cet) et les Églises Presbytérienne et Méthodiste n’ont cessé d’interpeler sur le danger couru par le gouvernement en voulant, par tout moyen, organiser les législatives le 20 décembre prochain. Ceci, sans que les réformes prescrites par la feuille de route de la Cedeao et auxquelles aspirent plus de 97% des togolais, selon un sondage Afrobaromètre, n’aient été opérées.

Ces églises expliquent leur démarche par leur souci permanent d’éviter au pays de basculer dans la violence, au regard des précédents fâcheux de 2005 et dont les souvenirs sont encore vivaces dans les mémoires collectives des Togolais. Car, estiment-elles, le processus électoral unilatéral, puisque ne comprenant pas la Coalition des 14 formations politiques (C14). Un regroupement de partis politiques pourtant l’une des parties protagonistes de la crise. Ainsi, ces églises catholiques, presbytérienne et méthodiste, dans le souci d’éviter au pays des lendemains incertains ont donc pris leur responsabilité et appelé à un report, le temps de bien remettre le train sur les rails. Cet appel, au regard de la sa pertinence, a eu le mérite de drainer da sa barque, associations de défense des droits de l’Homme et organisations de la société civile, comme le Mouvement Forces Vives Espérance pour le Togo et l’Association des cadres musulmans du Togo. Toutes ces voix s’associent à celles des églises pour appeler au report des élections.

Le mauvais exemple

Si les sorties des églises protestantes sont appréciées à leur juste valeur par l’opinion, le mutisme de l’église des Assemblées de Dieu paraît, par contre, énigmatique, voire problématique. Et pour cause.

D’une part, cette église a une assise importante dans le pays, donc a son mot à dire dans la recherche de la paix dans le pays. De l’autre part, son intendant principal, le Révérend Mitré Djakouti se trouve être également l’un des proches et hommes de Dieu les plus écoutés par le Chef de l’état Faure Gnassingbé. Mais que ne fut grande la surprise des togolais de constater le silence sépulcral de celui-ci et de son église, pourtant les plus respectées et fréquentées du Togo.

En effet, à l’instar des Évêques et pasteurs presbytériens et méthodistes, le Révérend Mitré Djakouti, pour l’intérêt supérieur de la nation, se devait d’afficher clairement sa position, dans la recherche des voies et moyens pour un règlement de la situation sociopolitique que traverse actuellement le pays. Mais que nenni.

Tout comme l’Union musulmane du Togo (Umt) qui n’a jugé mieux que d’implorer l’aide de Dieu et demander à tous les fidèles musulmans de prier pour la  pérennisation de la paix avant, pendant et après ces élections, l’église des AD s’illustre par un silence sépulcral qui donne l’impression de ne pas s’intéresser à la situation sociopolitique déplorable qui a court dans le pays avec un nouvel épisode d’effusion de sang qu’on aurait plus jamais souhaiter sur la terre de nos aïeux.

Silence coupable… Quel est votre Dieu?

Nonobstant son rapprochement avec le Chef de l’état, ne pas se faire violence, prendre son courage à deux mains et élever la voix pour faire entendre raison au pouvoir de Lomé qui continue, tête baissée à foncer droit dans le mur avec des lendemains incertains pour le Togo n’est autre mesure qu’une caution du Révérend Mitré Djakouti à la barbarie  humaine qui ont actuellement court dans le pays. Car, investi d’une mission d’autorité morale et gardien de la cité, ce dernier se doit d’éveiller les consciences sur les dangers qui courent les temps, par la simple envie, sinon l’obsession inouïe de conservation de pouvoir entretenue par le clan qui snobe la majorité des Togolais depuis plus de cinquante ans.   Autrement, c’est donner l’impression d’un commerçant religieux qui, loin de sauver des âmes, comme le recommandent les Saintes Ecritures, ne protège plutôt que ses propres intérêts mercantilistes. 

Aujourd’hui, les togolais se questionnent sur la vraie nature d’un tel révérend pasteur et surtout, sur sa  fidélité à Dieu à qui il dit consacrer sa foi. Qu’à cela ne tienne, son silence bruissant, face aux dérives dramatiques du pouvoir cinquantenaire de Lomé s’interprète comme un silence coupable. Loin de lui faire un procès, seul Dieu saura rendre justice au peuple togolais qui ne place sa foi qu’en ce Dieu salvateur.

FRATERNITE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *