LA UNE SPORT

Akpovy vs  Bessi-Kama… La guerre de grade et d’autorité 

La Fédération togolaise de football (Ftft) a annoncé, le vendredi 11 novembre dernier, la signature d’un nouveau contrat avec l’équipementier allemand Puma qui habille les équipes nationales de football. Un paraphe qui n’est pas du goût du ministère des Sports qui conteste la démarche. Une nouvelle couche dans la guerre ouverte entre les premiers responsables de ces deux instances qui ne sont pas à leur premier clash. 

À l’origine, un contrat

Depuis la semaine dernière, nombreux sont les observateurs qui se demandent ce qui se passe entre le Colonel Guy Akpovy et Le Commandant Lidi Bessi-Kama. Ceci au pont où le Président de la Fédération togolaise de football et son ministre de tutelle se livrent à une guerre ouverte qui ameute l’opinion nationale. 

En effet, après que la faîtière nationale de football ait informé de l’officialisation d’un nouveau bail avec l’équipementier allemand Puma, sur un accord trouvé depuis mars dernier, le ministre en charges des Sports n’a pas hésité à réagir. Et de quelle manière d’ailleurs. Par un communiqué, le Commandant Lidi Bessi-Kama fait comprendre au Colonel Guy Akpovy que «la Ftf n’est qu’une Fédération délégataire d’une partie des compétences de l’Etat, au même titre que les autres fédérations sportives nationales». Et à ce titre, le ministre insiste au Président de la Fédération togolaise de football que son institution ne saurait engager l’état sur un contrat sans que les termes dudit contrat ne soient connus et discutés d’avance par l’ensemble des acteurs étatiques concernés, notamment le ministère des Sports et ses loisirs et celui de l’économie et des finances. 

Plus offusquant pour le ministre, c’est que la cérémonie s’est tenu bien qu’elle ait intimé l’ordre en amont à la ftf de la reporter, le temps que ses services n’étudient les termes du contrat écrit en anglais. 

Mais sans visiblement se sourciller des remontrances de son supérieur hiérarchique, le Colonel Guy Akpovy explique tout simplement qu’entre Puma et son institution, c’est une tradition vieille de 2006 qui se perpétue. «Nous avons connu un breaks mais nous repartons sur de nouvelles bases». 

Guerre de grade et d’autorité 

Si la «colère» du ministre s’explique, l’on ne comprend pas néanmoins pourquoi une telle brouille n’a pu être gérée en interne. À l’analyse, il se dégage une guerre d’influence entre ces deux personnalités, toutes deux jaloux de leurs autorités. En effet,  officier supérieur de titre, tout porte à croire que le Col Guy Akpovy n’admettrait pas facilement les injonctions d’un ministre, administrativement son supérieur hiérarchique mais qui se trouve un Commandant. Une situation embarrassante qui, même si on le dit moins, s’apparenterait à un affront dans le milieu des corps habillés où le respect de son supérieur est un principe sacré. Et c’est cette lutte d’influence ou guerre ouverte entre grade et autorité qui, comme nous l’avions déjà écrit, en mars dernier dans une de nos parutions, a conduit à la suspension des championnats initialement prévus démarrer le 20 mars 2021 pour le D1, mais suspendu par le même ministre des Sports. Ceci, alors que le Comité nation de gestion de riposte Covid aurait déjà donné son avis favorable à la reprise des activités sportives, particulièrement le football. 

L’on en est là quand survient cette nouvelle ‘crise entre les deux personnalités qui, visiblement, ne sont pas prêtes à «déposer les armes». Et c’est bien triste pour l’image du pays, du Sport togolais et surtout, du parti Unir sont sont issus, les deux officiers supérieurs qui s’offrent au spectacle, au vu de tous les togolais.

FRATERNITE