LA UNE SOCIETE

Avec la chute du baril à ce jour : Le prix à la pompe devrait être en dessous de 500 FCFA au Togo

Les prix du pétrole continuent de chuter après le déclenchement d’une guerre des prix entre la Russie et l’Arabie saoudite et un effondrement des Bourses mondiales suscitées par la pandémie de coronavirus qui a débouché sur la baisse la plus importante des cours du brut sur une semaine depuis plus d’une décennie. Mais au Togo, malgré les appels des organisations de défense du droit des consommateurs, le gouvernement rechigne à baisser le prix du carburant  à la pompe.

Au début du mois de mars, alors que le marché pétrolier est déjà mis à rude épreuve par le nouveau coronavirus, un malentendu entre les pays producteurs du pétrole lui a asséné un coup fatal. En effet,  à la suite de l’échec d’une réunion de l’Opep pour s’accorder à soutenir les cours, l’Arabie saoudite s’est lancé dans une vaste braderie en effectuant la plus importante réduction de ses prix pétroliers en 20 ans, selon Bloomberg News. Depuis les cours du pétrole ont continué de chuter.

La semaine dernière, le baril de Brent a perdu 25,2% quand celui de WTI a lâché 23%, soit les pertes les plus importantes sur une semaine depuis 2008. Et les analystes s’attendent à ce que la descente continue. « Les soutiens à la hausse devraient s’effacer alors que le marché continue à digérer la combinaison du Covid-19 et d’un bond massif de l’offre », a souligné Stephen Innes, analyste d’AxiCorp.  « Cette combinaison rare de chocs affectant à la fois la demande et l’offre a provoqué un effondrement du marché du brut alors que les producteurs se préparent à une saturation de l’offre de pétrole dans les semaines qui viennent », a jouté Sukrit Vijayakar de la société Trifecta Consultants.

Le prix à la pompe doit être en dessous de 500 FCFA…

Contrairement à ce qui se fait dans d’autres pays notamment au Bénin où depuis le 26 février dernier les prix des produits pétroliers ont été revus à la baisse en application du mécanisme d’ajustement, au Togo les prix sont maintenus.

En effet, suivant les baisses qu’a connu le Togo ces dernières années par rapport au prix du baril,  le prix de l’essence devrait descendre en dessous de 500 FCFA. Et pour cause, en septembre 2017 (dernière baisse en date), le prix du super est passé de 524 à 498 FCFA alors que le prix du baril était à 46 dollars. En mai 2016, les prix  des produits pétroliers ont également été revus à la baisse. A l’époque, le prix du super est passé de 471 à 452 avec le prix du baril à 42 dollars.  Un mois plutôt, le baril avait lourdement chuté se fixant autour  de 38 dollars. Par conséquent, le prix de l’essence est passé de 496 à 471.

Suivant la différence entre le prix du baril aujourd’hui à 30 dollars et les prix de l’essence de ces dernières années par rapport au prix du baril, le prix de l’essence actuellement devrait descendre en dessous de 500 FCFA au Togo. Et il ne faut pas être un expert pour arriver à cette déduction.

Selon les spécialités, lorsque les cours du baril augmentent, les prix du carburant augmentent et inversement. Même si les prix du carburant dépendent également d’autres facteurs tels que la marge brute de raffinage, le transport et la distribution et la fiscalité, « ces facteurs stables n’ont connu aucun bouleversement majeur au Togo pour que les autorités en charge du secteur pétrolier maintiennent les prix à la pompe », estime un spécialiste.

Comme susmentionné, les cours du prix vont continuer de chuter. Par conséquent, il est impératif qu’au nom de la politique de la vérité des prix, que le gouvernement baisse le prix des produits pétroliers.  Ceci serait sans aucun doute une bonne nouvelle pour le portefeuille des milliers de togolais.

FRATERNITE