LA UNE SOCIETE

Aziable Mawunyo Mila : Entre  Vouloir et  Pouvoir !

Le 6 novembre dernier, la Ministre déléguée auprès du Président de la République chargée de l’Energie et des Mines, Aziable Mawunyo Mila a effectué une visite à la Compagnie énergie électrique du Togo (Ceet). Ponctuée par un ambitieux engagement à l’horizon 2030, cette visite de la plus jeune ministre du Gouvernement Dogbe n’est pas resté sans débat.

Le sens du devoir…

Conformément aux principes administratifs, cette visite de la ministre des Mines et de l’énergie s’inscrit, explique-t-on, dans le cadre de sa tournée de prise de contact avec les différentes directions relevant de son département. C’est également une occasion pour la jeune ministre d’encourager et exhorter le personnel à offrir des services de qualité au Togolais.

Déclinant, à la suite, à ses interlocuteurs, sa feuille de route, conformément à la politique énergétique du gouvernement, Aziable Mawunyo Mila a laissé entendre qu’ils ont « travaillé ensemble pour définir les objectifs de la feuille de route et nous nous sommes engagés à atteindre 100% d’accès universel à l’électricité en 2030, mais avec un objectif intermédiaire qui est de 75% de taux d’accès à l’électricité d’ici 2025, ceci avec 50% d’énergie renouvelable».

Ce n’est pas tout. La ministre a également poursuivi en indiquant que le gouvernement s’est aussi engagé à atteindre 30% de dépendance énergétique par rapport aux importations électriques et de réduire le nombre de coupures qui est de 25 coupures par client et par an.

Au cours de son intervention, la plus jeune ministre du  gouvernement Tomegah-Dogbé a vivement invité le personnel de la CEET à jouer pleinement sa partition pour l’atteinte des objectifs fixés. « Nous devons travailler davantage pour améliorer le service à la clientèle qui est notre raison d’être. Nous avons une responsabilité importante et nous devons redoubler d’ardeur dans la mise en œuvre des mécanismes innovants ». Ceci, précise-t-elle, afin d’accroître l’accès à l’électricité, parce que c’est de notre responsabilité de donner accès à l’électricité aux 8 millions de Togolais. Ce speech galvanisant, ponctué par une invite à la responsabilité, au sens du devoir et du travail bien fait, décrit si bien l’État d’âme de cette jeune compétence et la noble ambition de cette dernière nommée ministre à seulement 29 ans. Toutefois…

Les ambitions et le rêve

Si cette détermination de Aziable Mawunyo Mila est plus que légitime, tout semble dire, au regard des réalités de la gouvernance au Togo, qu’elle risque de se noyer, par la suite, dans un étang d’illusions susceptible de doucher son ardeur. En effet, dans sa dynamique de mobilisation, la jeune ministre a déclaré que « si en 2030, il y a une personne qui demeure dans le noir au Togo, c’est que nous avons échoué ».

Visiblement plus théorique que pratique, cet engagement de la jeune ministre, aux yeux des observateurs, paraît trop beau pour être vrai. Certes un souhait légitime, mais l’histoire de la gouvernance politico-sociale a suffisamment démontré que les formules n’ont jamais fait défaut au Togo. Depuis la nuit des temps, le pays a toujours disposé des génies et compétences crues, de la trempe de Aziable Mawunyo Mila, débordant de fougue, d’ambitions et d’énergies. Malheureusement, une fois face à la réalité du terrain, ils voient leur rêve émoussé, voire brisé par l’environnement infesté de la mal gouvernance doublée du favoritisme, de la médiocrité, de la corruption et de l’impunité. Des tares qui hypothèquent le décuplement de ces différents talents dont les ambitions et projections demeurent toujours à l’étape de rêves, parce que ne trouvant pas un terreau fertile et une marge de manœuvre pour faire valoir leur compétence.

Se raviser…

L’avenir se construit par la lumière du passé, dit la maxime. Le cas de l’ex-PM Gilbert Fossoun Houngbo devra servir d’exemple aux compétences, innocemment parachutées dans la fournaise togolaise, pour éviter toute éventuelle désillusion. En effet, le cadre onusien, alors débauché de son poste de directeur Afrique au système des Nations unies, comptant sur ses compétences et sa capacité de management, n’a pas hésité à promettre, avec sérénité et certitude, un Togo meilleur à ses compatriotes qui  sentiraient les délices du développement, six mois après sa nomination. Malheureusement, après avoir mis à contribution son Carnet d’adresse pour provoquer la ruée des investisseurs vers le Togo, ce dernier se verra contraint à rendre le tablier plus tôt que prévu, la faute aux vieux démons qui ont toujours hantée la maison, empêchant les talents de s’exprimer librement, au service du pays. Mais ils déroulent, en lieu et place, tapis rouge pour les apparatchiks, parvenus et vuvuzelas qui, par favoritisme, prennent en otage l’appareil de l’État.

C’est donc à ce titre que cet ambitieux engagement de la jeune ministre Aziable Mawunyo Mila, malgré sa noblesse, éprouverait à se traduire dans les faits, si ce n’est qu’à l’étape de rêve. Par conséquent, nul ne saurait trop tenir rigueur à cette jeune compétente visiblement prise entre la fougue et le rêve. Le contexte togolais étant ce qu’il est, l’on ne peut donc que souhaiter la bienvenue à Aziable Mawunyo Mila qui, visiblement, connaît très peu les réalités de la maison.

FRATERNITE