LA UNE POLITIQUE

Combat politique… La DMK… toujours vent debout !

Toujours au-devant de la lutte politique pour l’alternance politique au Togo, la dynamique Monseigneur Kpodzro ne lache rien. Périple européen, rentrée politique, cour de justice de la Cedeao… Brigitte Kafui Adjamagbo et ses compagnons de lutte restent toujours vent debout, malgré les velléités d’étouffement de la lutte dont elle se porte garante pour la libération du Togo des griffes du régime cinquantenaire.

Se plier… sans rompre

C’est une évidence que les contestations post-électorales de Février 2020 sont toujours d’actualité au Togo. Malgré le musellement permanent dont il est victime, la Dynamique Monseigneur Kpodzro n’a de cesse multiplier les actions pour maintenir la flamme de la lutte pour l’alternance au Togo.

En effet, l’on la croyait disparaître après la proclamation des résultats officiels de la dernière présidentielle. Mais non. Elle a semblé se plier sans jamais rompre. En effet, la coalition de partis politiques et d’organisations de la société civile épris de changement et d’alternance politique et son candidat Agbeyome Kodjo ne baissent toujours pas la garde. Même contraints à l’exil, selon leurs dires, le candidat de la Dmk et son parrain, Mgr Fanoko Kpodzro continuent toujours par crier haro sur le régime de Lomé qui, estiment- ils, a usurpé la victoire du peuple togolais lors de la présidentielle de Février 2020. Presque deux ans après, ces infatigables militants pour la libération du Togo continuent, de plus belle, leur pèlerinage. Et ce, pendant que nombre d’acteurs se sont résignés, à la moindre détonation des bruits de «sommation» et «d’intimidation».

Dmk… toujours vent débout

Très active, la Dmk en synergie avec sa Coordination internationale, a animé, le 16 octobre dernier à Paris, avec présence effective de Mgr Kpdzro, une conférence suivie de plaidoyers pour attirer l’attention du monde entier sur ce qu’elle appelle la «grave crise» que traverse le Togo depuis la dernière présidentielle et surtout, la nécessité pour la communauté internationale de soutenir le désir d’alternance exprimé par les togolais.

Quelques jours après, la dynamique a effectué sa rentrée politique au cours de laquelle la Coordinatrice Mme Adjamagbo et ses camardes de lutte ont passé au peigne fin les dernières évolutions de l’actualité nationale, au plan politique, sociale et économique.

En ce qui concerne le plan politique, cette coalition mixte dit suivre avec une extrême vigilance, la relation entre le Togo et la Turquie, un pays dans lequel, dit-elle, un compatriote togolais a perdu la vie dans des circonstances qui restent encore non élucidées et sans qu’aucune réaction n’émane des autorités des deux pays.

Elle a également exprimé son indignation face au refus du régime de prêter oreilles attentives aux multiples cris de détresse et des appels incessants du comité de libération des prisonniers politiques pour l’élargissement de nombreux citoyens togolais privés de liberté pour leurs opinions politiques.

Il en est de même pour la sanction en-cours décidée contre le Journal «Thé Guardian « et son Directeur de Publication Ambroise Kpondzo. Aussi, s’est-elle offusquée contre le temps que prend finalement le dossier «Madjoulba», le Chef corps du Bir dont les circonstances de l’assassinat demeurent à ce jour non élucidées.

Pour tout corroborer, la Dmk et son candidat Agbeyome Kodzo, par le truchement de leurs avocats, se sont transportés, le 29 octobre 2021, devant la Cour de justice de la CEDEAO pour avoir la suite du tribunal communautaire sur le différend qui les oppose à Faure Gnassingbé. Mais bien que le tribunal n’ait pu donner suite à la première manche de sa plainte, la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) dit rester toute fois confiante pour la suite du procès dont le verdict devrait être donné le 30 mars 2022.

«Elle (NDLR : La cour ) n’a pas cru devoir accéder à la demande concernant les mesures provisoires urgentes de suspension de la procédure pénale», a informé la DMK dans son communiqué. S’agissant des demandes au fond qui devront conduire la cour à examiner les violations des droits de l’homme du Président Agbéyomé Kodjo, précise le communiqué signé de Brigitte Kafui Adjamagbo, la Cour de justice de la communauté a mis l’affaire en délibéré pour rendre sa décision le 30 mars 2022. «La DMK prend acte de la décision relative à la demande de mesures provisoires devenue sans objet…», fait observer le communiqué qui dit noter aussi que cette décision ne préjuge rien quant au fond de l’affaire.  

La sérénité pour un ultime combat

«La DMK est sereine au regard de la solidité du dossier et de l’impartialité dont la Cour de justice a fait preuve en condamnant l’Etat togolais à indemniser une compatriote togolaise pour des faits de torture», conclut ce regroupement de formations politiques et d’associations.

C’est dire donc que malgré tout, la DMK reste vent debout contre le régime cinquantenaire du père au fils qui régente les togolais. Une pugnacité à l’image de son parrain, Mgr Kpodzro qui, du haut de ses 92 ans, s’attèle, peu importe les embûches qui jalonnent le chemin y menant, à cet ultime combat pour la libération du Togo des futures générations.

FRATERNITE