ACTUALITE LA UNE

Concert Géant de Tabaski à Sokodé Alléluia … les armes sont enfin retrouvées !

Les cadres de la préfecture de Tchaoudjo, pour clôturer en beauté la fête de la Tabaski, ont gratifié les populations de Sokodé et de ses environs, le samedi 17 août 2019, d’un show musical grandeur nature dénommé «Concert Géant de Tabaski» qui a réuni sur une même scène, la crème de la musique togolaise. Un événement culturel et décrispant qui contraste tout de même avec la psychose permanente des armes que l’on annonce circuler dans la nature dans ladite localité. Ceci lorsqu’il s’agit surtout d’une manifestation à caractère politique.

Et la vie renaît à Sokode !

Toofan, Almok, Omar B, Ilane Touré ou encore Bibi Reine… voilà quelques uns, pour ne pas tous les citer, des artistes qui ont presté sur le podium du « Concert Géant de Tabaski» érigé, pour la circonstance, au Carrefour UTB de Sokode. Une évènement culturel inédit qui, relevons le, a mobilisé un grand nombre de fanatiques, d’admirateurs et de curieux. Bref, c’est un pari réussi pour les organisateurs qui ont su donner de la joie au peuple Tem, le temps d’une soirée festive riche en son et en couleurs.

Paradoxe

Mais seulement voilà ! L’histoire nous renseigne que, dans la foulée des événements du 19 août 2017, la ville de Sokode ne pouvait point connaître  de rassemblements publiques. Et pour cause, le gouvernement a toujours expliqué cette interdiction par les armes de feu qui seraient perdues dans la localité  suite aux événements du  19 août 2017. Pour l’autorité, tant que ces armes ne seraient pas retrouvées, cela menace la paix sociale et constitue un danger permanent pour le gouvernement engagé dans la lutte contre le terrorisme. Ainsi donc, toute manifestation publique est interdite et systématiquement réprimées par les forces de l’ordre et de Sécurité à Sokode et ses environs. Ceci, dans l’espoir que les recherches lancées depuis lors seront concluantes.

Les armes «retrouvées». Alleluia !

L’on en était encore là quand s’est tenu ce concert initié par les cadres de Tchaoudjo et placé sous le sceau du Plan national de développement (Pnd). Donc une forte implication des plus hautes autorités du pays. Ce qui amène logiquement nombre d’observateurs à déduire que les armes tant recherchées sont enfin retrouvées. Donc la voie est désormais libre pour toutes les composantes de la société de cette localité de tenir des manifestations publiques, vu que le concert qui a mobilisé un grand monde n’a point connu de heurts.

En effet, c’est un secret de polichinelle que le régime de Faure, dans sa peur permanente d’un second 19 août, met en branle un dispositif répressif contre toute velléité tendant à se soulever contre l’injustice et la mauvaise gouvernance.

Nécessite de jouer  équitable

C’est donc au nom de la méthode forte que toutes les réunions publiques du Pnp sont réprimées et dispersées, même au-delà de la préfecture de Tchaoudjo. Une politique de musèlement qui tend à se généraliser sur l’ensemble du territoire national où le parti au symbole de cheval galopant éprouve désormais toutes les difficultés du monde à dérouler ses activités.

Toutefois, au nom de la paix et cette sérénité apparente «retrouvée « à Sokodé, l’opposition peut donc aussi tenir ses réunions et meetings publics. Il urge de jouer un jeu équitable, avec les mêmes chances pour tous les acteurs. Ce qui dénoterait une certaine cohérence dans les actions des gouvernants. Une question de logique.

FRATERNITE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *