DIPLOMATIE LA UNE

Coronavirus : Que fait-on de la coopération avec la Chine ?

D’un premier cas le 06 mars 2020, le Togo compte le 23 mars 2020 officiellement 20 cas confirmés du coronavirus. Selon les estimations, la propagation du virus n’est qu’à ces débuts. Une occasion pour le Togo de faire appel à la solidarité de la Chine qui vient de faire ses preuves dans la lutte contre la pandémie du Covid-2019. 

20 cas confirmés, une cinquantaine de cas suspects et des centaines de personnes placées en isolement. C’est la situation de la propagation du Covid-2019 au Togo. Au regard du mode de vie communautariste des Togolais, la propagation de la pandémie du coronavirus peut rapidement atteindre « des chiffres terrifiants » comme en a alerté, il y a quelques jours, le Directeur Général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour les pays africains dont le système de santé est fragile comme le Togo. A cet effet, les structures d’accueil réquisitionnées seront sans aucun doute dépassées en quelques jours.   Et malheureusement, le Togo n’a pas les moyens humains et matériels pour répondre efficacement  à la propagation de ce virus. « Sachons que notre système de santé est incapable d’organiser la riposte », a alerté  Prof David Dosseh, médecin-chirurgien, tout en demandant au gouvernement d’insister sur la sensibilisation et les mesures barrières.

Le système de santé togolais plus que fragile… 

Depuis plusieurs années, les autorités togolaises se sont engagées  dans une réforme du système de santé à travers projets, programmes, plans et politiques mais les résultats escomptés n’ont pas été toujours au bout. Manque d’infrastructures, de personnels soignant, de matériels, au Togo, le système de santé souffre de tous les maux. Malade, il est incapable de répondre aux besoins élémentaires en soins de santé des populations.  Par conséquent, les hôpitaux publics sont qualifiés de « mouroirs ».

Pour se soigner, les  mieux nantis sont obligés de se diriger vers les hôpitaux privés ou dans les structures sanitaires au Ghana voisin. « La faiblesse de la réponse face aux problèmes prioritaires de santé des populations avec une insuffisance de l’accès, de l’utilisation et de la qualité des services essentiels de santé » a été notamment soulignée  dans le Plan National de Développement Sanitaire (2012-2015).

Comme susmentionné, ce système de santé déjà malade ne peut riposter correctement face à la propagation du Covid-2019 au Togo. C’est pourquoi le gouvernement doit faire appel à des expériences externes plus référencées pour juguler cette pandémie. 

N’est-ce pas en même temps et mieux ?

Face au pic des contaminations, l’Italie quoique 3e puissance économique de l’Europe n’a point hésité à appeler la Chine à la rescousse, l’Empire du milieu venant quelques jours plus tôt de trouver une solution inédite pour faire rebrousser chemin à la pandémie sur son territoire. En relation bilatérale avec le Togo depuis 1972, la Chine est devenue le principal partenaire commercial du pays et une des principales sources d’investissement. Selon les diplomates chinois  comme togolais, les deux pays entretiennent une coopération mutuellement bénéfique. L’occasion est donc là pour le Togo de profiter de ses bonnes relations avec la Chine pour juguler la propagation de ce virus.  En effet, trois mois après le début de l’épidémie, la Chine a « vaincu » la pandémie en associant la prouesse médicale aux mesures radicales. 

Contrairement aux Européens qui font semblant aujourd’hui d’admettre l’efficacité de la chloroquine et l’utiliser pour arrêter le mal, elle a été la solution adoptée par la Chine pour réaliser sa renaissance aujourd’hui après le sinistre ombre du coronavirus qui l’a couvert pendant près de deux mois.Le recours à la Chine permet aujourd’hui à l’Italie de diminuer la courbe des décès. Au lieu d’attendre que l’Europe accepte une vérité qu’elle rechigne à admettre, le Togo avec son système de santé presqu’inexistant ferait mieux dès à présent de solliciter le secours chinois en chloroquine. 

D’ailleurs ce ne serait pas la première fois que le Togo fait appel à la Chine dans le domaine de la santé. Puisque, depuis l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, pas moins de 22 équipes médicales chinoises ont séjourné au Togo. En outre, la Chine se montre disponible.  « Nous allons toujours accompagner le Togo dans sa lutte contre le COVID-19. L’Ambassade de Chine au Togo reste en étroits contacts avec le Ministère de la Santé du Togo et le bureau de l’OMS au Togo, pour partager les dernières informations et les nouvelles versions de plans de traitement, et échanger sur la prévention et le contrôle de l’épidémie », a indiqué récemment l’Ambassadeur de Chine au Togo, CHAO Weidong dans une interview en soulignant au passage que lors de l’épidémie de l’Ebola son pays est l’un des premiers à apporter son aide à l’Afrique.

Malheureusement, depuis cette déclaration du diplomate chinois, le Togo n’a officiellement introduit aucune demande d’aide.  Malgré la disponibilité affichée des autorités chinoises  à venir en aide au Togo. Une utilisation curieuse des relations Sino-togolaises qui pose question.

Récemment, le milliardaire chinois Jack Ma, a annoncé qu’il fera un don de 20 000 kits de test, 100 000 masques et 1000 combinaisons de protection à usage médical et d’écrans faciaux au Togo et aux 53 autres États africains. Aujourd’hui, le Togo, s’il veut gagner rapidement la guerre contre le coronavirus et préserver la vie des milliers de citoyens, doit aller au-delà du don d’une entreprise pour introduire une demande d’aide avant que d’autres pays dans lesquels la Chine a beaucoup intérêts à protéger  ne le fassent. Cette demande peut-être aussi bien matérielle qu’en ressource humaine comme ce fut récemment de l’Italie où la Chine a dépêché plusieurs médecins expérimentés dans la prise en charge de personnes contaminées.

FRATERNITE