DEVELOPPEMENT LA UNE

Décentralisation : Quand le Trésorier prend en otage le développement de la commune Bas-Mono 1

Située à environ 70 km de Lomé, la commune Bas-Mono 1 est du ressort territorial de la préfecture d’Afagnagan. Elle est composée entre autres de Kpétsou, Afagna-Gbléta, Agomé-Glozou avec pour chef-lieu Afagnagan. Dans cette commune, les élus locaux ont toutes les peines du monde pour dérouler leur plan de développement. La Faute notamment à des différents entre le Maire, et deux de ces collaborateurs majeurs.

Après plus de 30 ans de gestion opaque, les délégations spéciales ont cédé leurs places aux élus locaux issus des élections municipales de juin 2019. Ce scrutin qui vient ponctuer le processus de décentralisation enclenché depuis plus d’une décennie par les autorités togolaise à corps défendant, se voulait être le début d’une nouvelle ère  dans la gestion des affaires du pays. Mais malheureusement, dans certaines communes, les querelles de personnes et la mainmise de certains agents de l’Etat sur les ressources retardent le changement espéré. C’est le cas notamment de la Commune Bas Mono 1 où le trésorier semble être au-dessus du maire Anani Victor Djogbessi.

Le Trésorier bloque tout…

Pourtant, c’est avec une vision axée sur le développement que l’équipe de Djogbessi a pris les rênes de cette commune.  « Nous avons une vision pour notre commune que nous avons déclaré dans notre programme de développement. Mais deux ans après notre prise de fonction, c’est comme si rien ne bouge », explique, visiblement dépassé, le maire. En effet, outre les problèmes inhérents  à pratiquement toutes les communes c’est-à-dire les difficultés de locaux, leur équipement en outil informatique et les immobiliers, le maire Djogbessi doit faire face aux desideratas du trésorier de la commune, nommé par arrêté ministériel. « Depuis février 2020, l’Etat nous avait octroyé une subvention de deux millions qui est bloqué par le trésorier. Jusqu’à ce jour, les deux millions ne sont pas débloqués. On a demandé mais personne n’arrive à nous expliquer», affirme l’élu.

Malheureusement, ces comportements d’une autre époque empiètent sur le développement de la commune malgré la volonté affichée du maire. « On fait des recettes qu’on verse à la trésorerie mais le trésorier refuse de décaisser l’argent pour les dépenses de fonctionnement. Il ne paye que les salaires. Tout ce qui est autres dépenses, il refuse de le faire. Même nos fournisseurs ne sont pas payés. C’est un comptable public nommé par arrêté ministériel. On a rencontré deux fois, le directeur du trésor mais la situation ne bouge pas. D’ailleurs, il est admis à la retraite depuis janvier 2021 mais il est toujours à son poste. Nous avons l’impression que les gens veulent montrer aux populations que nous ne savons rien faire. Nous avons d’énormes défis mais les gens nous bloquent », a confié M. Djogbessi.

Aujourd’hui, les élus de cette commune semblent dépassés par le cours des événements. Même leurs indemnités leur sont versées au gré de la princesses. « Ça fait 18 mois que nous sommes en poste, on a eu que six mois d’indemnité. Le trésorier a tout bloqué », a ajouté le maire. Et de poursuivre, « je n’ai aucun pouvoir. Il y a d’autres gens beaucoup plus puissants. Le trésorier se permet de faire des dépenses comme il veut sans l’autorisation de l’ordonnateur que je suis. On a plusieurs fois signalé tout ça mais cela ne bouge pas. Au Togo, nous sommes les seules élus locaux avec nos collègues d’Attitogon à avoir des arriérés d’indemnités. Et c’est à cause du trésorier puisqu’il couvre les deux communes».

Par ailleurs, à trois reprises, les sessions de conseil communal ont été interrompues par des individus qui se réclament originaires de la commune qui seraient, en fait, selon les informations des jeunes instrumentalisés pour semer le chaos dans la localité.   Comme dans le cas du trésorier, ces faits ont été signalés au Ministère de l’administration territoriale et au Ministre de la sécurité et de la protection civile mais aucune décision n’a été prise, pour l’instant.

FRATERNITE