CULTURE LA UNE

Epé-Ekpé 2019 Un message suspicieux à double titre

Pour la 356ème fois consécutive, le peuple Guin s’est plié, le jeud 29 août dernier, à la tradition de la prise de la pierre sacrée. Si l’édition 2019 est épargnée de toute polémique liée à la couleur de la pierre et à la cohésion des prêtres vodoun autour de la cérémonie, il n’en demeure pas moins vrai qu’elle reste porteuse d’un message politique à faire réfléchir autour de Faure Gnassingbé.

Le jeudi dernier, à Glidji Kpota, la plus vieille tradition du Togo s’est perpétuée. Sur place, étaient présents, plusieurs personnalités politiques dont le Premier Ministre Komi Selom Klassou, des membres du gouvernement, d’autres personnalités et des milliers de fils et filles issus des différentes collectivités guin et alliés. Des instants de partage et de revisite de la richesse culturelle ancestrale du peuple Guin déroulés dans une ambiance de grands jours.

Pierre à double messages

Et à l’accoutumée, la prise de la pierre sacrée qui, cette année, est de couleur blanche et porteuse d’un double message. Le premier message invite le peuple Guin à reconsidérer et entretenir les symboles du Vodu Sakpatè. De façon spécifique, le message fait allusion à la division qui règne au sein des peuples et appelle, par conséquent, à une purification des différentes sources de vie spirituelle à savoir l’océan, les fleuves, rivières et lacs, le sol. Ce, sur toute l’étendue du territoire national. Le second message, à relent quelque peu politique, parle de la Paix en voix de renforcement au Togo. Le volet qui retient l’attention particulière dans ce second message de la pierre sacrée 2019 parle de Faure Gnassingbé. Le Président de la République aurait la bénédiction de «Nana » et elle invite à accompagner le Chef dans ses efforts dans la construction d’un Togo prospère et réconcilié envers lui-même. Pour ce faire, elle (Ndlr : la pierre sacrée) appelle  l’entourage de Faure à l’union. À cet effet, elle a cité des noms comme celui du Colonel Têko qui devront fournir davantage d’efforts pour le raffermissement de la paix au Togo.

Message suspicieux

Lu à la loupe, ce second volet du message de la pierre paraît très suspicieux aux yeux de nombre d’observateurs. Ceci, en ce sens qu’elle en appelle vivement à l’union dans l’entourage de Faure Gnassingbé. Il n’y a pas de fumée sans feu. Cela sous entend donc que la muraille du pouvoir de Lomé est plus que jamais fissurée, au point même de constituer, aujourd’hui, une menace pour le Prince qui, visiblement, baigne toujours dans la hantise d’août 2017.

Ceci, à voir les mesures impopulaires prises ces derniers jours, juste dans le but d’étouffer dans l’œuf, toute voix contestataire dans le pays. Ce message à deux balles mérite également d’être scrutée à la loupe quand on sait surtout qu’ils étaient, selon des informations en notre possession, plusieurs têtes,  aussi bien dans l’entourage direct du Président de la République, que dans le gouvernement, à avoir déjà apprêté leur billet d’avion pour quitter le navire Faure en pleine tempête et qui a frôlé, de peu en 2017, le chavirement. Et cela repose justement la question de la confiance et de la loyauté, des qualités intrinsèques que sont normalement appelés à incarner ces hommes de la serail.

2020: De l’incertitude en l’air

Plus loin, un tel message n’est pas un bon présage pour 2020 qui se veut un véritable sot dans l’inconnu. Mieux, un rendez-vous d’incertitude pour Faure, si tant est que ce dernier ne saurait se targuer, avec conviction et certitude, de compter entièrement sur son entourage direct, foncièrement calculateur et très intéressé qui, de tout point de vue, n’est pas loin de reproduire le scénario de 2017.

Qu’à cela ne tienne, de deux choses l’une.

Aujourd’hui, le message de la pierre vient remettre au goût du jour, un vieux débat que l’on a intentionnellement voilé aux togolais. Le cul de sac au sommet de l’état. Où alors, l’on ne croit pas à la sincérité du message de la pierre sacrée. Et si tel est cas, le pouvoir de Lomé n’est donc que l’ombre que de lui-même. Ceci, pour avoir réussi à politiser cette fête historique des Guins qui se veut l’une des plus importantes de toute l’Afrique de l’Ouest. Laquelle marque le nouvel an pour ce peuple arrivé du Ghana au XVIIe siècle .

FRATERNITE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *