ACTUALITE LA UNE

Falsifications et détournements à la Présidence de la République Des Togolais témoignent !

La semaine dernière, dans sa parution N° 329, votre journal FRATERNITE a traité des cas de détournements et de falsification qui seraient courants au Palais de la Présidence de la République Togolaise. Le lendemain, nous avons été confortés dans nos questionnements et analyses, par des Togolais qui, dans l’émission «Club de la Presse»  du jeudi 19 septembre 2019. Sur les ondes de nos confrères de Kanal FM, des Togolais ont apporté des témoignages dont nous proposons ici quelques morceaux choisis.

Retour sur les faits

À l’origine, une information traitée dans ses colonnes par nos confrères du journal L’ALTERNATIVE. Il s’agit notamment des contours de l’affaire des 500 millions CFA opposant sieur Paul Kpadenou et l’Office Togolais des Recettes (Otr), l’équivalence de sa côte sur lequel ferait main mise, le Commisaire des Impôts,  Esso Wavana Adoyi. Entre l’enchaînement de plusieurs faits et témoignages, le journal FRATERNITE s’est intéressé à un fait curieux qui nécessite moult réflexions. Il s’agit des détournements de courriers et de falsifications de signatures, des pratiques qui sont legion au Palais de la République.

«Il est difficilement concevable qu’un courrier destiné au Chef de l’Etat puisse être détourné à d’autres fins», avions-nous analysé. Et d’appuyer qu’une analyse rétrospective fait découvrir, avec stupéfaction, une pratique plutôt courante au Palais Suprême du Togo. «De nos recoupements, il ressort en effet que même de l’argent remis par le Chef de l’État et destiné à un tiers n’est guère à l’abri de détournement. On a encore en souvenance le cas d’un haut gradé de l’armée et très proche de Faure Gnassingné dont nous taisons le nom qui s’est vu mis à l’écart pendant longtemps par ce dernier avant que son lobby ethnique n’ait réussi, par la suite à le ramener… Au même moment, des polémiques sur la falsification de la signature du chef de l’Etat animées par réseaux interposés  au sein de la Présidence sont légion. Aussi, il nous est rapporté que des courriers au contenu pertinent émanent d’une tiers, d’un haut cadre de l’administration ou d’une associations et portant sur des projets sérieux et probants disparaissent du circuit pour prendre forme, par après, sous d’autres formes», avions-nous écrit , entre autres.

Des Togolais témoignent !

Entre doutes et questionnements, des témoignages des auditeurs de Kanal FM viendront conforter FRATERNITÉ dans notre analyse. Adrien, en ce qui lui concerne, rapporte, en premier, la situation que vit actuellement une togolaise. «Actuellement, il y a une Dame qui jure que si on me laisse mourrir sans avoir accès au Chef de l’Etat, on aura des comptes à rendre…». Et de poursuivre en expliquant que «C’est une Dame qui a été l’une des nourrices du Président de la République. Depuis, elle cherche à le rencontrer sans en avoir l’occasion. Quelques fois, elle est passér par des gens. Mais si le courrier arrive, on rappelle celui là pour lui demander de quoi il se mêle. Si bien qu’elle est actuellement peinée par la situation qu’elle vit. Et c’est dans ça que les gens se retournent contre le Chef de l’Etat. Alors que c’est la faute à son entourage ».

Plus loin, Job relate sa propre expérience. «En 2008, le Chef de l’Etat était en voyage à l’extérieur où il a visité une agence des Nation-Unies. Et il s’est fait qu’on lui a fait comprendre qu’il n’y a plus de Togolais en poste là-bas. Il s’est ensuite rapproché du Directeur Général qui lui a dit qu’il y avait un jeune Togolais dont le contrat était arrivé à terme. Il a ensuite dit qu’il pouvait faire une lettre de recommandation pour qu’on le ramène, puisqu’il a déjà l’expérience. Au retour, le Chef de l’Etat a effectivement fait la lettre de recommandation qu’une dame dont je tais le nom a malheureusement bloqué. Et c’est en 2010 que je l’ai appris , c’est à dire deux ans plus tard….», a-t-il déclaré à l’antenne. Et de situer les faits dans le temps et le contexte. «Entre temps, à la suite du décès de mon papa, Mr Gilchrist m’a appelé de passer le voir. On en a profité pour discuter de ma situation professionnelle. C’est de là que je lui ai narré les faits. Sur place, il (Gilchrist) a appelé la Présidence et en moins de 15 minutes, on a envoyé la lettre de recommandations par fax et dont copie a été adressée à M. Gilchrist. Malheureusement, c’était déjà trop tard. Conséquence, depuis lors, je suis toujours en chômage », a t-il confié, désabusé !

Plus poignant encore, rapporte l’animateur Sas Gawou, il s’agit du cas d’un homme vivant avec un handicap qui s’est présenté comme une vieil ami du Chef de l’Etat. «Mr Abioke, un non voyant, est venu se présenter à la Radio comme étant un vieil ami au Chef de l’Etat. Ceci, depuis qu’il était député à Blitta. Mais depuis qu’il est devenu Président de la République, il n’a jamais réussi à avoir accès à celui qu’il décrit comme son ami. Le 26 avril dernier, lorsque le Président s’est rendu au monument de l’indépendance pour rallumer la flamme de l’indépendance, M. Abioke y était également et a profité de son traditionnel bain de foule pour le crier. Dieu merci, le Chef de l’Etat l’a écouté et lui a dit de passer le voir au Palais. Ce qu’il a fait. Mais jamais, il n’aura toujours pas réussi à voir son ami», a-t-il précisé.

Nécessité pour Faure d’assainir son entourage

Un dernier cas qui aura montré tout l’inhumanisme dont fait preuve l’entourage du Chef de l’Etat. Des inconduites des vuvuzelas souvent méconnues du grand public qui considère, à tord, le Président de la République comme retranché dans son tour d’ivoire, isolé de ses concitoyens, même de ses amis de longues dates. Partant donc de ces exemples  et témoignages somme toute pathétiques et poignants, il urge que Faure Gnassingbe assainissement son entourage.

Ne rien faire après tous ces cris revient à conclure que le fils d’Eyadèma se plait à s’entourer des gens qui adorent les voies de faits. En toute désinvolture, des valeurs administratives et républicaines.

FRATERNITE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *