ACTUALITE LA UNE

Faure-Talon : La réconciliation est-elle possible ?

C’est un secret de polichinelle que les relations entre Lomé et Cotonou, au plan diplomatique, ne sont pas au beau fixe. Même si l’on tente de voiler l’évidence, la sensibilité et la complexité des faits et gestes qui attestent la brouille entre les deux voisins n’augurent malheureusement pas un  facile issu.

Ouattara s’offre en médiation

Les relations entre Patrice Talon et Faure Gnassingbé ne sont pas très bonnes depuis quelques temps. Au demeurant, la candidature à la présidentielle béninoise d’avril dernier, de Rekya Madougou, jusque-là Conseillère en la communication du Président togolais, Faure Gnassingbé est passé par là. Une candidature «audacieuse» et «provocatrice» aux yeux de Patrice Talon qui en accuse, sans pour autant le nommer, le régime de Lomé de tentatives de déstabilisation de son régime.

Et selon des indiscrétions, pour désamorcer la bombe, le président ivoirien, Alassane Ouattara veut réconcilier «ses frères». Mais tout semble dire, selon les mêmes sources, que malgré les différentes tentatives du numéro 1 ivoirien qui a déjà rassemblé, discrètement, les deux dirigeants, dans sa résidence de Cocody Riviera Golf, Faure et Patrice seraient toujours loin de fumer le calumet de la paix.  À en croire nos confrères de Africa Intelligence, Ouattara qui est décidé à poursuivre sa tentative de réconciliation, devrait recevoir, Patrice Talon, le 15 août dernier dans sa résidence de villégiature de Mougins. Mais la rencontre n’a pu avoir lieu parce que le Chef de l’État ivoirien aurait, entre-temps contracté la Covid-19.

Un différend tentaculaire

C’est dire donc que les différends opposant les deux dirigeants semblent bien plus profonds qu’on le pense. On se rappelle à juste titre de la fameuse interview récemment accordée aux médias français, entretien dans lequel Patrice Talon avait pointé du doigt certains pays de la sous-région qui aurait soutenu la candidate recalée à la présidentielle d’avril 2021.

Plus tard, toujours dans la foulée de l’affaire Madougou, on se rappelle de l’interception, par les autorités sécuritaires du Bénin, d’un véhicule, émanant du Togo, avec des munitions. Une confirmation de la déclaration de Talon sur Rfi et France 24 accusant, sans pour autant le nommer, le régime de Lomé de tentatives de déstabilisation de son pouvoir.

À la suite, FRATERNITÉ s’est demandé, dans l’une de ses parutions, si Faure Gnassingbé pourrait se rendre à l’investiture de son homologue de l’est qui venait d’être réélu pour son second mandat. Mais finalement, l’investiture a été fait sans aucun invité. Somme toute, une sorte de message diplomatique comme si c’était une stratégie de Talon pour ne pas avoir à supporter Faure Gnassingbé qui, du haut de son statut de Doyen de la sous-région et surtout, de voisin immédiat, ne pouvait être évité parmi les invités à convier à cette investiture.

Faure Talon : hypothétique réconciliation

Parlant de velléité d’atteinte à la sûreté de l’État dont Talon accuse, en bémol, Faure, on sait  la gravité de cette accusation qu’aucun chef d’État ne saurait tolérer, -on a toujours en mémoire le fameux cas Kpatcha Gnassingbé- il est difficile d’espérer, aujourd’hui, une réconciliation vraie et sincère entre les deux frères. Encore que Talon démontre vertement, par des actes parlants, qu’il ne s’inscrit pas dans la même vision ou philosophique politique que celle du conservatisme qu’incarnent Faure Gnassingbé et Alassane Ouattara. C’est derniers qui sont respectivement à 4 et 3 mandats à la tête de leur pays, pendant que Talon, à défaut du seul voulu, a verrouillé solidement à deux, le mandat présidentiel au Bénin.

Certes par le passé, après de longues bisbilles et guéguerres des années 80 qui ont éloigné politiquement et diplomatiquement Lomé d’Accra, les deux chefs d’Etat ennemis Gnassingbé Eyadéma et John Gerry Rwalings ont réussi, par la suite, à se rapprocher. S’il est rêvé une duplication de ce succès diplomatique dans le cas d’espèce, est-il que les époques ne sont plus les mêmes. Même s’il est donné de rêver, cela risque tout de même de prendre des années pour le réaliser, tant les antagonismes entre Talon et Faure sont évidentes et tentaculaires. Autrement, des humeurs des deux protagonistes aux réalités du terrain, les éléments semblent bien réunis pour que le scepticisme prenne le pas sur l’espoir. Réconciliation Faure- Talon, une chimère, est-on tenté de conclure.

FRATERNITE