CULTURE LA UNE

Le ministre Egbetonyo et la menace du 21 juin prochain

Le ministre Togolais de la culture, du tourisme et des loisirs, Kossivi Egbetonyo, a reçu,  mardi 21 mai 2019,   des promoteurs culturels ainsi que les associations et syndicats d’artistes ayant signé le mot d’ordre pour la marche du 21 juin prochain, a-t-on appris auprès des initiateurs de la marche. Objectif : Prise de contact du ministre avec les artistes, en vue de trouver une solution à la grogne qui se manifeste de plus en plus en leur sein, suite à la répartition, par le Bureau Togolais du Droit d’Auteur (Butodra), des recettes de droit d’auteur pour le compte de l’année 2018.

Rappel des faits… 

En février dernier, une histoire dite «Affaire Butodra» a agité les réseaux sociaux pendant plusieurs semaines. Tout est parti d’un post publié par un artiste populaire sur son compte Facebook en ces termes: «Droit d’auteur 25 000Fcfa, arrêtez-moi ça s’il vous plait!».

Rapidement, ce post ô combien significatif, a été abondamment relayé et commenté. D’autres artistes n’ont pas hésité eux aussi à exprimer leur ras-le-bol. L’indignation des artistes contre le BUTODRA était totale.

En effet, selon les artistes la redistribution des recettes aux artistes au titre de droit d’auteur pour le compte de l’année 2018 a été un scandale. Ces artistes estimaient que sur «131.000.000 FCFA  qui leur est destiné, seulement 15.000.000 ont été redistribués à presque 700 sociétaires», ce qui parait scandaleux et révoltant pour beaucoup d’entre eux.

L’affaire a semblé être résolue après une sortie médiatique de Franck Missite, Directeur de Cabinet du Ministre de la communication qui assurait l’intérim du poste du DG du Butodra. Mais apparemment il n’en était rien. Un groupe d’artistes ayant prévu de manifester pour réclamer une meilleure redistribution. Ayant eu écho des préparatifs pour cette manifestation, le nouveau ministre de la culture tente de calmer la grogne.

Sans le MAET…

C’est ainsi que M. Kossivi Egbetonyo a  rencontré plusieurs promoteurs culturels togolais ainsi que les artistes qui projettent manifester le 21 juin prochain pour réclamer leur droit d’auteur réservé. Tous, ont été reçus sauf un : le mouvement des artistes engagés pour le Togo (MAET), qui, vraisemblablement, fait peur.

En effet, en février dernier, le ministre avait convoqué une réunion similaire, quelques jours après sa nomination, pour prendre langue avec ces acteurs de la musique togolaise. C’est le rappeur Eric Mc du MAET, qui avait reçu l’appel du secrétariat du ministère de la culture, pour lui indiquer la date et le lieu de la réunion. Ce dernier a donc fait part de l’information à ses camarades artistes qui ont répondu à la « convocation ». Malheureusement, Eric MC, lui-même, n’a pas pu se rendre à la réunion, pour des raisons personnelles. Le rappeur, Slapa Fire, Secrétaire General du MAET, qui était sur le lieu de la réunion, a été empêché d’avoir accès à la salle, au motif que son nom ne figurait pas sur la liste préétablie, mais plutôt celui d’ERIC MC. Une exclusion implicite, selon les responsables du MAET, puisqu’en réalité, Eric MC ne fait pas partie du bureau du MAET, il  est au sein de ce mouvement juste comme membre actif.

Suite à des informations qui circulent, il y a de cela quelques jours  alertant le public et les autorités sur la marche du 21 Juin, le gouvernement semble craindre un éventuel  regain de tension sociale, surtout que le pays vient de sortir d’une situation très rude sur le plan politique et social. Pour Eric MC, la réunion convoquée par le ministre, est une tentative pour démotiver les artistes en ce qui concerne la marche prévue pour le 21 juin prochain, en créant, selon lui, des conflits entre les artistes pour monter les exclus contre les invités à la réunion.

En attendant les résultats de cette  rencontre,  les artistes du MAET  sont convaincus qu’une thérapie de choc est la solution idéale pour les débarrasser du mal qui sclérose les arts au Togo. Ils appellent donc, à la mobilisation et au courage.

FRATERNITE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *