LA UNE POLITIQUE

Nicolas Grunitzky : Déjà 50 ans qu’il a été presqu’effacé

Samedi 28 Septembre dernier, la famille Grunitzky, alliés et proches se sont réunis à Atakpamé, ville natale de l’illustre disparu pour commémorer les 50 ans de décès de celui qui a eu à diriger les destinées du Togo pendant 4 ans (1963-1964). Nicolas Grunitzky succédait ainsi, malgré lui, à son beau-frère et compère politique Sylvanus Olympio, premier président du Togo abattu alors froidement par des militaires  mécontents de l’armée. Etaient également présentes aux cérémonies, des autorités politiques du milieu.

Après 4 ans de règne tumultueux, selon certaines sources, cet ingénieur des ponts et chaussées qui avait alors créé le Parti togolais du Progrès (Ptp) parti qui etait pour une indépendance progressive sera renversé du pouvoir par la même armée qui lui avait remis le fauteuil.

Après moult bruits de la rue et les pressions incessantes de l’armée, le deuxième président du Togo que certains présentent comme un homme de paix et d’amour a dû renoncer le 13 Janvier 1963, soit 4 ans jour pour jour à son fauteuil pour le retourner à ceux qui l’avaient arraché au bout de fusil.

Aussitôt, Nicolas Grunitzky se réfugiera en Côte d’Ivoire où il décèdera par suite d’un accident de la circulation un 27 Septembre 1969. Il est établi que dans la relation de l’histoire du Togo, Nicolas Grunitzky a toujours été cité comme une parenthèse. Une parenthèse qui aura tout de même durer 4 ans. Quels ont été les actes et événements qui ont marqué cette «parenthèse» au point qu’elle ait durée plus que le règne du 1er président pour s’estomper comme par hasard à la même date du meurtre de son prédécesseur, c’est le black out pour beaucoup  de togolais.

On retient juste que celui qui avait pour épouse Akofala Grunitzky née Baeta, celle qu’on appelle encore affectueusement  la «Dame de Cœur» a laissé derrière lui 13 enfants qui ont «choisi» peut-être, malgré eux, de vivre en marge de la politique, contrairement à un certain Gilchrist Olympio et cousins.

FRATERNITE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *