LA UNE SOCIETE

Partenariat OTR-Adebayor : Curieux attelage !

Le 13 juillet dernier, l’Office togolais des recettes (OTR) a signé un accord de partenariat avec la Fondation Shéyi Emmanuel Adebayor (SEA) pour la Promotion du civisme Fiscal. Quoi de plus normal qu’un togolais d’une telle carrure puisse s’engager dans ce domaine vital pour un Etat. Mais dans le contexte togolais marqué par, l’augmentation et la création incessante de nouvelles taxes et l’opacité entourant la réédition des comptes, l’image de l’ex-capitaine peut-elle réellement changer quelque chose sur la rancœur que les citoyens ont envers la Tvm et l’OTR en général ?

Selon les termes de ce partenariat communiqué par l’équipe du Commissaire Général par intérim Kokou Tchodié, l’ancien attaquant du Real de Madrid « mettra à la disposition de l’OTR son image et son aura pour la promotion du civisme fiscal » indique le site de cette régie  régie financière avant d’ajouter que «l’ex-capitaine des Eperviers du Togo s’engage en offrant gratuitement son image à la promotion du civisme fiscal et à contribuer à la mobilisation plus accrue des recettes nécessaires pour le financement des projets de développement ».

De ce fait, l’institution croit avoir trouvé en la personne de l’ex-capitaine des Eperviers, « un allié légitime pour pouvoir remplir son rôle en tant qu’administration fiscale et atteindre les objectifs que le gouvernement lui a assigné ». Pour le ballon d’or 2008 « Le développement de chaque pays se réalise grâce aux impôts ». « Donc je demande à mes compatriotes de faire des efforts pour payer les impôts. Le pays réalise en ce moment, quelque chose de magnifique et c’est à nous de mobiliser la population », a -t-il ajouté

Adébayor sur un terrain glissant…

L’international togolais le sait mieux que quiconque, s’aventurer sur un terrain glissant peut causer de graves blessures. En effet, aux termes de cet accord,  l’image qu’il a réussi à entretenir auprès du public aussi bien sportif que non sportif, depuis plus de 20 ans, risque de prendre un sérieux coup. Et pour cause, ce n’est pas un secret, la majorité des togolais ont une mauvaise image de l’OTR. La question se pose dès lors de savoir, si Adébayor a été suffisamment outillé sur la question avant d’y associer son image ?

En effet, l’impôt est une forme tout à fait régalienne de financement de l’État, des collectivités locales, ainsi que, pour partie, des organismes de sécurité sociale. Comme il consiste dans le prélèvement, d’une part, obligatoire et, d’autre part, sans contrepartie directe, d’une fraction des ressources d’une personne ou d’une entreprise, il faut des raisons suffisamment valables pour accepter de le payer. Mais au Togo, les autorités donnent l’impression qu’il suffit de voter une loi en ce sens pour contraindre les citoyens à s’y soumettre.

Ce schéma s’est clairement dessiné lors de la réintégration de la Taxe sur les véhicules à moteurs (TVM) dans le nouveau code des impôts. Cette énième taxe qui s’applique à tous les véhicules à moteurs immatriculés au Togo, notamment les motocyclettes de 125cm3 et plus, les tricycles, les véhicules utilitaires, les bus, les camions, les autobus, et les gros porteurs a été très mal accueilli par les Togolais. Et c’est justement parce que les justificatifs brandits par les autorités n’ont convaincu personne que l’Otr a trouvé necessaire de recourir à l’image de Sheyi pour qu’il convinsse du moins ses  nombreux  fans à accepter la pilule. Exercice qui évidemment risque d’être difficile pour l’ex capitaine des jaunes, mais en plus périlleux. Il va de soi que le flop est très plausible dans ce deal.

Avec l’image déjà en souffrance de l’OTR auprès du public on se demande si l’image d’Adébayor peut-elle concourir à la redorer auprès des togolais ? Pas sûr. En ce sens qu’au-delà des impôts qui  constituent des charges de plus en plus lourdes pour les concitoyens, l’OTR, au regard de la probité morale qu’exige sa mission, n’a pas encore réussi à se démarquer de la gouvernance  peu orthodoxe . A titre d’exemple et parmi tant d’autres, Philippe Kokou TCHODIE, Commissaire Général de l’OTR par intérim cumule son poste avec celui de Commissaire des Services généraux depuis plus de trois ans. Dans cette posture, il fait office, de son propre patron et de son propre subalterne. 

En définitive, Shéyi Adébayor risque de sortir de ce partenariat discrédité. Une mauvaise publicité donc pour l’enfant de Kodjoviakopé qui malgré ses quelques sorties de routes, est toujours porté par les togolais dans leur cœur, malgré tout.

FRATERNITE