Non classé

Politique Présidentielle 2020: De quoi se mêle le petit congolais Prince Bertrand Bahamboula ?

Samedi dernier, le Mouvement Jeunes Avec Faure [JAF] a organisé, dans les rues de Lomé, une marche de soutien au candidat de l’Union pour la République {Unir}, Faure Gnassingbé. À l’instar d’autres mouvements pro mouvance, le JAF appelle la jeunesse togolaise à plébisciter, le 22 Février prochain, le Chef de l’Etat pour sa politique de paix et de développement. Mais seulement problème.

Les premiers signaux d’une aventure ambiguë

«Non, le Wake up Mind ne vient pas se substituer aux gouvernants. Encore moins, la Conférence sur le Consensus. C’est une initiative différente qui ne saurait se substituer au Forum national de la jeunesse », répondait, en octobre 2019, Prince Bertrand Bahamboula, à une question d’un journaliste surpris non seulement du parallélisme des formes entre l’initiative du Chef de l’Etat et celle-ci, alors en préparation, mais aussi et surtout des moyens tant financier que logistique à disposition de cette association dite panafricaine et animée par des jeunes dont les recommandations seront in fine destinées aux gouvernants. Ceci, pour une meilleure élaboration des politiques nationales qui tiendront compte des propositions et besoins des jeunes.

Voilà, au départ, des intentions bien apolitiques ayant, par la suite, conduit aux deux Conférences sur le changement de mentalité et de paradigmes tenues respectivement à Lomé et à Kara. Deux conférences auxquelles ont pris part plusieurs personnalités publiques, dont des professeurs d’université venus du Togo et de la France et d’autres milliers de jeunes composés d’étudiants, élèves, jeunes entrepreneurs et chômeurs. Mais la suite aura déchanté tous. Une véritable aventure ambiguë dans laquelle des esprits faibles ont été embarqués.

Wake Up Mind, l’incarnation de la manipulation politique

En effet, il se trouve que le Coordonnateur de l’association Wake Up Mind, structure organisatrice des deux Conférences, un congolais du cheveux aux orteilles  nommé Prince Bertrand Bahamboula, se trouve être, par enchantement, le Coordonnateur du Mouvement JAF qui appelle la jeunesse togolaise à voter massivement Faure Gnassingbé au prochain scrutin présidentiel dont le premier tour se tiendra samedi prochain. C’est à déduire que l’association Wake Up Mind censée être apolitique n’en était que sur papier. . Et c’est bien dommage pour l’intelligentsia africaine qu’incarne les promoteurs de cette association de jeunes panafricanistes, surtout au regard de leurs niveaux d’études et de culture. Bien dommage que la bande au sieur Prince Bertrand prenne faits et cause pour les oppresseurs contre les opprimés. Qu’à cela ne tienne…

De quoi se mêle ce petit congolais ?

Si la démarche, en ce qui la concerne, ne souffre d’aucune illégalité, conformément aux principes de liberté d’expression, de choix politique et autres libertés fondamentales certes en souffrance  depuis ces dernières années au Togo, le fait qu’elle soit portée par un étranger pose réellement problème. Loin de toute idée de xénophobie, l’on doit en toute légitimité s’offusquer de l’intrusion d’un congolais dans les affaires politiques togolaises. C’est à se demander si un togolais peut-il avoir cette latitude de s’immiscer dans les affaires politiques de la République sœur du Congo Brazzaville, quand bien même les deux États ont de bonnes relations diplomatiques. Mais alors, au-delà de l’évidence, ceci semble une situation plutôt bien préparée à ce dernier par le pouvoir de Lomé, lui donnant l’impression de jouer sur un terrain conquis. Sinon, il serait invraisemblable qu’un tel engagement d’un quelconque étranger aux côtés de l’opposition serait facilement accepté par les gouvernants. Et c’est cela qui aujourd’hui explique l’impressionnant moyen logistique et financier qui a permis au Sieur Prince Bertrand et sa clique d’organiser les Conférences sur le Consensus respectivement à Lomé et à Kara. Ceci, au point de susciter curiosité et interrogations chez nombre d’observateurs.

Aujourd’hui, les masques tombent et l’on découvre le vrai visage de cet opportuniste congolais qui, non seulement fout royalement son nez dans la politique togolaise, mais aussi confirme qu’il est bien en mission télécommandée au  Togo pour embobiner la jeunesse togolaise à des fins politiques. Et cela donne pleine raison à des critiques qui voyaient déjà en ces conférences, une manière déguisée de tenir le Forum National de la Jeunesse, pourtant annoncée en fanfare par le Président de la République depuis des lustres mais  n’a jamais pu se tenir.

Sans doute une preuve de plus de la marginalisation dont sont toujours victimes les jeunes togolais sous la gouvernance cinquantenaire du père au fils. Sacré Togo qui, au-delà de minimiser sa jeunesse, s’offre de plus en plus en terre de toutes les machinations et de business politique à tout quidam et aventurier d’abuser et clochardiser, à sa guise, une jeunesse désœuvrée et exposée à la manipulation.

FRATERNITE