EDUCATION LA UNE

Problématique de la reprise des cours : Véritable sac à hérissons !

Au Togo, élèves et enseignants devront encore attendre pour renouer avec les classes. A ainsi décidé, le dimanche 7 juin, le gouvernement qui porte en faux, les rumeurs qui avaient annoncée la reprise des cours pour le lundi dernier. Un retour à la normale remise à plus tard, sans doute, motivé par des raisons profondes.

Face aux rumeurs…la précision du gouvernement !

Il faut sauver, par tous les moyens, l’année scolaire. Tel est l’engagement du gouvernement qui, deux mois après la fermeture des écoles le 20 mars dernier, n’a point changé. L’année connaîtra donc toutes les couleurs sauf la blanche.

Mais alors, à défaut d’une communication claire du gouvernement, les spéculations au sujet d’une probable reprise des classes le lundi 8 juin dernier ont fait le chou gras d’une certaine presse. Et cela aura visiblement servi à quelque chose puisque piqué au vif et vraisemblablement dos au mur, l’exécutif national, au travers d’un communiqué rendu public le dimanche 07 juin, a situé l’opinion sur la situation. « Contrairement à la date du 08 juin 2020 que relaient les réseaux sociaux, le Gouvernement communiquera officiellement et en temps opportun, la date de la réouverture des établissements scolaires », indique entre autres un communiqué du ministre Atcha-Dedji qui, invitant, par la même occasion, tous les acteurs à travailler inlassablement pour une reprise imminente des cours.

Véritable sac à hérissons

Si cette sortie du gouvernement a le mérite de clarifier l’opinion quant au flou cafcaïen qui avait cours, il faut, tout de même reconnaître, que les nombreux défis et imbrications qui entourent ce retour en classe font de cette approche, un véritable casse-tête chinois. Mieux, un sac à hérissons où ne pas sauver l’année que la sauver constituent une véritable épreuve,  pour le gouvernement.

Inquiétudes et questionnements

Si à ce jour, le gouvernement a procédé à un allègement important de ces mesures dont la levée du couvre-feu et du bouclage des villes tout en rendant obligatoire le port des bavettes, c’est tout de même une évidence que les frontières restent toujours fermées jusqu’à nouvel ordre. C’est dire donc que, tenant compte de cette réalité, l’on ne saurait penser à une reprise des classes pendant que les frontières resteront toujours fermées. En effet, ils sont nombreux ces togolais, élèves et enseignants confondus, vivants au Ghana qui sont appelés à franchir, au quotidien, les frontières pour venir à l’école dans le Togo. Mais réouvrir les écoles à l’heure actuelle reviendrait à priver ces derniers des cours, une sorte d’injustice donc.

Plus loin, si reprise des cours il doit y avoir, elle doit bien évidemment avoir un coût. Cela soutend, par-exemple, que le gouvernement doit pouvoir être à même d’offrir à chaque élève, et au quotidien, des bavettes. Ce qui est loin d’être une évidence à l’étape actuelle du processus.

Que dire aussi des dispositions pratiques comme le test systématique, la distanciation sociale qui implique la duplication des salles pour respecter l’effectif de 30 au maximum et la programmation des cours en équation avec les enseignants, des éléments qui devront normalement permettre une bonne interaction entre enseignants et élèves?  Des réunions se suivent mais il se rapporte du côté des enseignants qu’on ne leur sert que des paroles jusqu’ici, mais rien de concret dans les actes en ce qui concerne les outils pour respecter les mesures barrières telles les cache-nez, les dispositifs de lavage des mains etc.

Sauver les meubles… Mais pas à n’importe quel prix

Ces questionnements et inquiétudes susmentionnés nécessitent, à ne point douter, temps et réflexions profondes en vue d’assurer une reprise sans crainte ni méfiance. Des éléments qui, mis ensemble, confortent la thèse de la complexité de la situation. C’est dire qu’il sonne pertinent tout de même de sauver, vaille que vaille, l’année scolaire, déjà effectuée au trois quarts (3/4). Mais alors, pas à n’importe quel prix. La vie et la santé publique en dépendent !

FRATERNITE