ECONOMIE LA UNE

Réformes dans les contrats de concession de l’Etat : Quand un proche de Faure cherche à le « saboter »

Depuis quelques années, le Togo a entamé des réformes économiques qui ont pris en compte la révision et une meilleure gestion des contrats de concession, de bail, etc.. Entre l’Etat et le secteur privé. Ces réformes, bien évidemment, ne font pas que des heureux dans le « cercle fermé » du Chef de l’Etat. Aux dernières nouvelles, c’est un des plus proches du Président de la République qui de concert avec certaines personnes usent encore des stratagèmes  pour mettre à mal la nouvelle orientation imprimée par le Président de la République.

Après la reprise de la coopération avec les institutions de Breton Wood en 2008, en l’occurrence le Fonds monétaire internationale (FMI) et la Banque Mondiale, les autorités togolaises ont été conviées à entamer des réformes particulièrement sur le plan économique pour permettre au pays de se refaire une santé après des années  de récession. Les réformes exigées par le FMI et la Banque mondiale concernent entre autres les contrats public-privé. Initiées par l’ancien ministre de l’Economie et des Finances, Adji Othèth Ayassor sous l’impulsion du chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, ces réformes visent à assainir la gouvernance et relancer l’économie du pays. Le retour à la rigueur a d’ailleurs permis au Togo de souscrire à plusieurs projets lancés par ces organisations internationales.  « Tout cela est très encourageant et je suis personnellement heureux de constater que tous les efforts consentis par les autorités sont aujourd’hui récompensés. Cela nous donne le courage d’aller encore plus loin dans la mise en Œuvre des réformes. Et je dois saluer ici l’action du chef de l’Etat qui a initié ce grand changement», a confié Adji Othèth Ayassor dans un entretien.

Des actions comme, des mesures prises pour recouvrer les surfacturations de la Société Togolaise de Coton (SOTOCO) qui ont été confirmées par une Mission de Vérification ; adoption d’un nouveau prix au producteur qui reflète les changements dans les prix internationaux, publication des résultats de la réconciliation des recettes générées de la vente du phosphate avec les recettes perçues par le Trésor Public, relèvement de la valeur nette des trois banques (BTCI, BIA, UTB) au niveau du ratio prudentiel de l’UEMOA, en échangeant les prêts non performants de ces banques par les titres émis par le gouvernement ; et enfin, élaboration et adoption d’un contrat de performance de 5 ans entre l’Etat et la Compagnie d’Energie Electrique du Togo (CEET) ont été entreprises. De même, des réformes ont été réalisées dans la formulation, l’exécution et le suivi du budget national.

En outre, dans les réformes entamées par l’exécutif national, une place importante a été accordée aux contrats de concession et autres signés par l’Etat avec des partenaires privés. Les contrats sont désormais réglementés par des textes précis qui situent la part de responsabilité de chaque partie. Et c’est dans ce cadre que certaines régies financières comme la CEET, le fisc et la douane, la Direction des Transports Routiers et autres ont changé de directeur avec des feuilles de routes bien précises que l’exécutif évalue régulièrement. Et les polémiques animées tout dernièrement entre presses interposées sur les insuffisances et voies de fait dans l’exploitation par la Société togolaise des plaques et visites techniques (Sotopla) du contrat de concession à elle accordée sont les effets collatéraux de ces réformes.

Mais certaines personnes à qui le système véreux a profité jusqu’à présent ne veulent pas voir les choses évoluer. Ainsi, ces personnes réfractaires aux réformes introduites par le Président République essayent par tous les moyens de mettre à mal les nouvelles dispositions. Ce qui est intriguant, il se trouve que ces personnes appartiennent à l’entourage de confiance de Faure Gnassingbé. « Cette minorité » manœuvre pour ne pas se faire repérer. Mais nos investigations nous ont permis d’avoir le nom de ce proche collaborateur du Chef de l’Etat. Mais pour l’instant, nous taisons le nom de ce dernier pour regrouper le plus de preuves pour enfin le dévoiler lui et ses acolytes.

Nous y reviendrons.

FRATERNITE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *