DIPLOMATIE LA UNE

Robert Dussey, du Quai d’Orsay à RFI pour le Marketing de son Patron

Le Chef de la diplomatie togolaise, Prof Robert Dussey s’est entretenu les 22 et 23 juillet derniers, à Paris, avec son homologue français, Jean-Yves Le Drian.

Au cœur des discussions entre les deux personnalités au Quai d’Orsay, révèle un communiqué rendu public par le ministère des Affaires étrangères togolais, plusieurs sujets d’intérêts communs aux deux Etats. Lesquels devront concourir au renforcement de la coopération bilatérale entre Lomé et Paris.

Entre autre bras opérationnels et agissants pour l’affermissement et le développement de cette coopération, figure l’Agence française de développement (Afd) dont, précise le Prof Robert Dussey. Au chapitre étaient inscrits la forte implication dans l’oxygénation de plusieurs domaines vitaux du pays, notamment l’assainissement, l’eau, l’énergie et la culture, pour ne citer que ceux-là. À cet effet, «le ministre n’a pas manqué d’exprimer les vifs remerciements du gouvernement togolais pour les soutiens multiformes que la France lui apporte dans son élan de développement », lit-on dans le communiqué qui a sanctionné le séjour français du ministre togolais des Affaires étrangères, de l’intégration africaine et des togolais de l’extérieur.

Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de la république de France et son homologue togolais, par ailleurs le chef négociateur des ACP-UE, se sont également félicités de la qualité de la coopération militaire et commerciale entre la France et le Togo.

Cette visite de travail a donc constitué une tribune par excellence au Prof Robert Dussey de présenter à son hôte français, le Plan national de développement (Pnd) 2018-2022, un plan quinquennal de développement qui devra contribuer à la transformation structurelle de l’économie nationale. Un plan dont 65% du budget global d’un peu plus de 4600 milliards de Fcfa devra être porté par le secteur privé.

Ce qui, selon le chef de la diplomatie togolaise, nécessite une forte collaboration pour attirer le maximum d’investitures étrangers. D’où justement, explique y-il, la tenue, mi-juin dernier à Lomé, du premier sommet économique Togo-Union européenne qui a vu la participation de plusieurs investisseurs issus de cet espace économique qui s’élargit à d’autres pays au jour le jour.

C’est dans cet ordre d’idées, surtout en vue de maximiser les chances de réussite du Pnd que le chef de la diplomatie togolaise, après avoir décliné les principaux axes de ce plan et les opportunités qu’il présente pour le secteur privé français déjà présent sur place, a vivement plaidé pour un rapprochement fructueux entre les deux pays dans ce domaine.

Sur le plan politique, Jean-Yves Le Drian a, selon le Communiqué, vivement félicité le Togo pour les réformes entreprises qui ont conduit à la tenue, le 30 juin dernier, des élections municipales, consacrant ainsi le développement à la base auquel appellent depuis des années déjà, les partenaires en développement dont la France. En réponse, «Le Prof Dussey a, à cet égard, sollicité le soutien et l’accompagnement des villes françaises qui ont déjà une expérience avérées, aux jeunes communes togolaises qui entament une nouvelle expérience en matière de décentralisation et de gestion des collectivités locales », souligne le communiqué.

Il est à souligner que les échanges entre les deux chefs de diplomatie françaises et togolaises se sont étendus aux questions d’ordre régional et multilatéral.

Au sortir du Quai d’Orsay, le diplomate togolais a accordé un entretien aux confrères de Radio France Internationale (RFI) où il s’est au delà de l’objet de sa visite, prononcé sur la possibilité de candidature ou non de son patron en 2020 pour une quatrième mandature. A la question des confrères, le philosophe Dussey a répondu sans ambages que son chef “ne peut ne pas être candidat en 2020”. Une réponse qui lève un voile de plus sur le traitement que la Galaxie Faure Gnassingbé fait de cette question hautement pesante pour le Togo qui commencera en 2020.

FRATERNITÉ.